Il est d’usage de dire qu’un apport personnel de 10 % du prix d’achat d’un bien est nécessaire pour obtenir un prêt immobilier et devenir propriétaire de son premier logement. Mais est-ce une obligation ? quelles sont les autres solutions lorsque l’on est primo-accédant et que l’on veut investir dans l’immobilier neuf ? faisons le point.

Qu’est-ce que l’apport personnel ?

L’apport personnel est la somme que peut apporter le futur acheteur, pour contribuer au financement d’un projet immobilier. Il peut s’agir d’une épargne (livret A, PEL…), d’un héritage, d’un prêt ou d’un don accordé par un proche. Les salariés peuvent également débloquer par anticipation le capital collecté via leur PEE (plan d’épargne entreprise) pour un achat immobilier dans le neuf ou dans l’ancien.

L’apport personnel représente une part du prix d’achat d’un bien et permet de réduire la somme prêtée par la banque. En outre, il atteste du sérieux de l’emprunteur et de sa capacité à mettre de l’argent de côté. S’il n’est pas obligatoire, il permet toutefois d’obtenir un financement avantageux et notamment un crédit à un taux intéressant.

En septembre 2019, l’apport personnel moyen exigé à Bordeaux était de 15 %. A titre de comparaison, au niveau national, il s’établissait à 14 % dans le neuf et 16 % dans l’ancien. Des niveaux au plus bas depuis les années 70 qui favorisent l’accession à la propriété des ménages les plus jeunes et des primo-accédants qui n’ont pas toujours une capacité d’épargne conséquente. Qui plus est, la durée moyenne d’emprunt s’allonge pour atteindre 229 mois, ce qui permet de préserver le reste à vivre et de bénéficier d’un meilleur pouvoir d’achat immobilier.

Offre publique : les revenus et les loyers des logements sociaux sont plafonnés

Comme le rappelle le site du Service Public, « Les logements sociaux sont attribués sous conditions de ressources et de séjour régulier en France. Le plafond de ressources à respecter dépend notamment du type de logement et de sa localisation ». A noter que certaines personnes sont considérées comme prioritaires, les familles avec enfants par exemple.

Pour sa construction, le logement social bénéficie de soutiens publics. En outre, depuis 1953, une participation des employeurs à l’effort de construction (PEEC) est demandée aux entreprises de plus de 10 salariés. Le mode de financement permet de définir les plafonds de revenus des locataires. On distingue ainsi le prêt locatif intermédiaire (PLI), le prêt locatif social (PLS), le prêt locatif aidé d’intégration (PLAI) et le prêt locatif à usage social (PLUS).

Pour bénéficier d’un logement social en 2020, les revenus N-2 (2018) d’une famille de trois personnes ne doivent par exemple pas dépasser 47 031 € à Paris et aux alentours, 43 127 € pour le reste de l’Ile-de-France et 33 516 € pour le reste du territoire. Les loyers des logements HLM sont quant à eux révisés au 1er janvier de chaque année et sont fixés en fonction de l’IRL (indice de référence des loyers).

Achat d’une première résidence principale neuve : pensez au PTZ

De plus en plus prisé par les acheteurs immobiliers, le PTZ (prêt à taux zéro) permet de financer jusqu’à 40 % de l’achat d’une résidence principale sans frais de dossier ni intérêts. Dans certain cas, il peut faire office d’apport personnel. Pour cela, il faut être primo-accédant, c’est-à-dire ne pas avoir été propriétaire de sa résidence principale durant les deux dernières années. Le PTZ dépend également du lieu où se trouve le bien et de sa nature :

  • PTZ jusqu’à 40 % pour un achat dans l’ancien avec travaux en zones B2 et C,
  • PTZ jusqu’à 40 % pour un achat dans le neuf en zones A et B1,
  • PTZ jusqu’à 20 % pour un achat dans le neuf en zones B2 et C

Exemple : A Bordeaux, située en zone B1, il est possible de devenir propriétaire de sa résidence principale neuve tout en bénéficiant d’un prêt à taux zéro de 40%. Pour un appartement vendu 200 000 €, cela représente 80 000 €.

Logement VEFA, attention au calendrier de paiement

Bien que vivement conseillé et apprécié par les banques, l’apport personnel n’est pas donc pas un impératif. Cependant dans le cadre d’un achat en VEFA, l’appel de fonds est échelonné et règlementé, contrairement à un achat dans l’ancien où le paiement se fait en une seule fois. Si la banque débloque les sommes correspondantes au calendrier de paiement au fur et à mesure, il peut être malgré tout être utile de disposer d’une épargne mobilisable dès le début, notamment pour le dépôt de garantie qui peut aller jusqu’à 5 % du prix de vente, selon le promoteur ou le constructeur. 

Vous êtes primo-accédant et vous souhaitez en savoir plus sur l’apport personnel pour un premier achat, le PTZ, le calendrier d’appel de fonds d’un logement VEFA ? faites appel à votre conseiller en immobilier neuf pour en savoir plus.

Hugo Zammit

Hugo Zammit

Dirigeant du Cabinet

Salut c’est Hugo et bienvenue sur mon blog. Ici je partage mes conseils pour acquérir un logement neuf dans les meilleures conditions.

J’aide et j’accompagne au quotidien des personnes qui veulent devenir propriétaire d’une résidence principale, résidence secondaire ou qui souhaitent réaliser un investissement locatif dans le neuf .

J’ai également une chaîne Youtube qui a pour but de vous aider et conseiller.

VOUS ALLEZ AVANCER C'EST ASSURÉ 😉

NOTRE TOP 3 VIDÉOS !

OPTIMISEZ VOTRE FINANCEMENT AU MAXIMUM !

Achetez un logement neuf en TVA 5.5 % et avec un Prêt à taux Zéro vous offre plusieurs milliers voir plusieurs dizaines de milliers d’euros d’économies !!

EFFECTUEZ DES TRAVAUX PRÉ-LIVRAISON !

REVENDRE AVANT LIVRAISON ?